les ailes de l'albatros

vide poche et vide cerveau à la fois carnet de bord et cahier de brouillon y'a un peu de tout par ici et même plus ...

07 décembre 2004

un coin de forêt ....

Loin des hommes par delà les collines
Rêvent les pierres sous dentelles de bruine
Rêvent au temps où elle formaient maison
Avant que l'homme les rende aux frondaisons

Froides sont les nuits aux longueurs d'hivers
L'homme est parti vers une vie moins amère
Nature a repris les pierres aux joues usées
Dans l'enceinte des murs les arbres ont repoussé

Toi qui à présent dans la forêt marchant
Rencontres à un détour ces étranges monuments
Prête l'oreille à ces rumeurs d'antan
Murmurées dans l'ombre par le vent

Mais point de spectre à ces branches pendant
Terreur n'est pas le tout venant
Cristal des cloches dans l'air porté
Murmure de vie dans la forêt

Posté par melo dye à 08:48 - strophes - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

  • coucou Mel'O
    très jolie prose, félicitation
    et merci pour l'accueil que tu as fait à Dièse
    gros bisous à toi

    Posté par Shivaan Keldon, 07 décembre 2004 à 09:21
  • Oki, je vois mieux ce dont tu me parlais avec ces vers forestiers qui s'invitaient chez toi. Quand la forêt vous gagne, lisez Mel'O'Dye

    Posté par Fennelin, 07 décembre 2004 à 10:35

Poster un commentaire